Utiliser sa DxO ONE en plongée sous-marine : paramétrages et accessoires

Maintenant qu’un caisson « outdoor shell » est disponible pour la ONE, il est possible de l’emmener sous l’eau sans problème. Le caisson est fourni avec deux portes arrières, une porte tactile étanche jusqu’à -1m, l’autre porte non tactile mais par contre étanche jusqu’à -45m. J’ai pu tester les premiers prototypes de ce caisson en avance de phase et dernièrement j’ai pu aussi utiliser sa version finalisée. Je vous livre ici mes impressions séparées en deux articles distincts. On démarre donc avec mes conseils sur la paramétrisation de votre ONE ainsi que sur son utilisation avec d’éventuels accessoires.

La DxO ONE en plongée : quels paramétrages utiliser ?

L’un des soucis principaux qui peut se poser en plongée sous-marine est celui du flou de bougé. Pour éviter que l’appareil ne règle un temps d’exposition trop lent, je suggère donc de fixer une limite de 1/100s minimum en dessous de laquelle l’appareil ne descendra pas en mode automatique ou semi-automatique. Pour fixer cette limite, vous devez juste aller dans le menu de configuration de votre ONE (bouton situé en haut à droite) puis descendre jusqu’au menu « Paramètres Photo / Temps d’exposition max » pour fixer 1/100s voire 1/200s si vous souhaitez prendre une marge supplémentaire.

Au niveau de l’autofocus, je vous conseille de passer en mode AF-OD qui ne fera le point que lorsque vous déclencherez « à moitié ». L’idée lorsque vous souhaitez faire votre photo sera de :

  1. Viser et cadrer
  2. Appuyer sur le déclencheur à mi-course et attendre une demi-seconde que le point se fasse
  3. Appuyer “à fond” sur le déclencheur pour prendre votre photo

Pour le reste j’avoue apprécier le mode A (semi-automatique avec priorité à l’ouverture). Je fixe alors une ouverture comprise entre F/4 et F/5.6, et je reste en ISO auto, permettant ainsi à l’appareil de compenser l’exposition en fonction de la profondeur à laquelle je me trouve. Pour les plongeurs ne désirant pas trop s’embêter avec des réglages « trop complexes », je précise qu’il existe aussi le mode « Sport » qui pourra convenir très bien à une utilisation en plongée sous-marine. Dans tous les cas, il vous suffira de configurer le mode souhaité sur votre iPhone avant de détacher votre ONE pour l’insérer dans son caisson étanche. Ca y est ! Vous êtes prêt pour aller photographier votre Némo 🙂 !

Lorsque vous utiliserez votre DxO ONE en plongée, vous n’aurez pas accès à l’écran tactile au dos de l’appareil pour pouvoir changer de mode (entre dernier mode utilisé avec votre iPhone, mode photo « AUTO » ou mode Vidéo « AUTO »). Cependant, vous pourrez toujours sélectionner ces modes grâce à la manipulation expliquée dans le tutoriel suivant:

https://www.youtube.com/watch?v=cHH8XS-cslc

Trucs et astuces

  • Lorsque la ONE a été conçue, l’accent a été mis pour proposer un appareil photo offrant une qualité d’image sans concession dans très faible volume qui lui permet de tenir dans une poche. Ces deux contraintes ont influé sur la capacité de la batterie qui supporte 100 à 150 photos entre 2 charges. Pour que vous puissiez utiliser au mieux votre ONE pendant votre plongée, je vous suggère donc de la charger « à bloc » avant votre plongée :
    • Branchez votre ONE sur un chargeur USB mural de 2A
    • N’utilisez pas le port USB de votre PC ou de votre MAC pour recharger la ONE. En général l’ampérage en sortie d’un PC ou d’un MAC est bien plus faible (500mA ou 1A au mieux).
    • Ne débranchez pas votre ONE du chargeur, même si 100% est affiché. Il vaut mieux attendre une poignée de minutes supplémentaire : la ONE va alors s’éteindre d’elle-même, et ce n’est qu’à ce moment que vous serez assuré d’avoir une charge complète.
  • En fonction de la différence de température entre l’eau et l’air extérieur, de la buée pourrait apparaitre sur la vitre de votre ONE. Pour éviter cela, je conseille de glisser dans le caisson un petit sachet de silicate qui absorbera l’humidité. Vous trouvez ce type de sachet dans les accessoires vendus pour le caisson de la GoPro par exemple. Je précise qu’il est préférable d’utiliser un sachet de silicate plutôt qu’un liquide antibuée moins efficace.

Faire de la macro avec la DxO ONE en plongée sous-marine

La ONE va vous permettre de photographier sans problème un petit némo dans son anémone. La distance minimale de mise au point est de 20cm (c’est-à-dire que vous ne pourrez pas vous approcher à plus de 20cm de votre poisson préféré pour le prendre en photo sous peine d’avoir une photo flou par manque de focus).

Poissons clowns photographié avec la DxO ONE (éclairage au phare)

Si vous souhaitez photographier de très près un nudibranche ou un hippocampe pygmée par exemple, vous aurez alors besoin d’un petit accessoire supplémentaire : une bonnette macro qui va agir comme une loupe. Sur la vitre du caisson de la ONE se trouve un filetage de 30.5mm de diamètre, qui va vous permettre de visser tout type de bonnette de ce diamètre. Vous trouverez ce type de bonnettes directement sur le site de DxO :

http://fr.store.dxo.com/filtres-adaptateurs.html

Je précise qu’avec le caisson, vous n’aurez pas besoin de l’optical adapter de la ONE qui ne sert que si vous souhaitez utiliser un filtre directement sur l’appareil en photo extérieure. La marque de filtres recommandée par DxO est Heliopan pour l’excellente qualité de ses produits. Vous trouverez des bonnettes Heliopan de +2 et +4 dioptries (ce chiffre décrit le niveau de grossissement appliqué).

Pour ma part, j’ai testé aussi les produits suivants que je trouve très corrects pour l’utilisation que j’en ai :

Ces bonnettes ne coutent que $20 à peu près. Elles résistent à l’eau de mer et permettent un grossissement allant jusqu’à +10 pour l’opteka. Avec une telle bonnette vous pourrez vous approcher à quelques centimètres de votre nudibranche favori. Pour estimer la distance minimale de mise au point, je vous conseille de faire le test avec votre bonnette à l’air libre avant de l’utiliser en plongée. Une fois la plongée finie, je vous conseille de rincer votre bonnette à l’eau douce.

Voici un exemple de photo prise avec bonnette +10 . J’y ai incrusté un crop à 100% de résolution pour montrer la finesse de la photo.

Oursin crayon photographié avec DxO ONE et complément optique macro (éclairage au phare)

Eclairage à utiliser sous l’eau avec votre DxO ONE

En général, il est recommandé en photographie sous-marine d’utiliser un éclairage supplémentaire. Cet éclairage va apporter les teintes rouges qui ont été filtrées par la couche d’eau de mer. En ce qui concerne la ONE, l’éclairage additionnel n’est intéressant que pour les photos rapprochées (en macro par exemple). Vous pouvez utiliser votre lampe de plongée ou votre phare pour éclairer la scène à photographier. Il est recommandé d’utiliser préférentiellement un phare sans point chaud central pour avoir une meilleure exposition globale de l’image.

Pour les photos d’ambiance, les phares deviennent inadaptés, aussi la ONE propose une correction automatique de la balance des blancs qui va permettre de retrouver des teintes naturelles comme expliqué dans l’article suivant.

La DxO ONE en plongée de nuit

J’ai remarqué que de nuit ou quelquefois en conditions de très faible luminosité (comme par exemple lors de plongées sous glace) les modes scènes ou les modes semi-automatiques avaient une légère tendance à la surexposition lors de la prise de vue. Pour éviter de « cramer » vos photos lorsque vous allez plonger dans de telles conditions, je conseille donc de choisir une valeur de sous-exposition de -1 que vous pourrez appliquer au mode « A » par exemple, tel que je l’ai décrit au début de cet article.

Paramètres conseillés pour faire des photos sous-marines de nuit avec la DxO ONE

Paramètres conseillés pour faire des photos sous-marines de nuit avec la DxO ONE

Pour les plongeurs ne désirant pas trop s’embêter avec des réglages “trop complexes”, je précise qu’il existe aussi le mode “Nuit” qui pourra convenir très bien à une utilisation de la DxO ONE en plongée de nuit.

A propos de l’auteur : je suis ingénieur en informatique et j’ai travaillé pendant 3 ans  chez DxO sur le micrologiciel de la DxO ONE. Je pratiquais la photo bien avant d’être embauché chez DxO et je continue toujours à la pratiquer aujourd’hui. Je fais essentiellement de la photographie animalière et de nature, et plus spécifiquement de la photographie sous-marine. Mon passif sur le sujet s’étoffe avec le temps : j’ai « commis » quelques publications dans des magazines photos et j’ai été sélectionné (et parfois lauréat) dans plusieurs concours prestigieux comme celui du festival de Montier en Der ou celui de Namur ou encore le « European Wildlife Photographer of the Year » – GDT.

Laisser un commentaire