Recharger ses batteries

« Et n’oubliez pas de prendre vos lampes pour la plongée de demain matin ! »

La phrase de Natasha, notre guide, me laissa perplexe : pourquoi avoir besoin d’une lampe pour la plongée du matin ? Elle me répond en souriant que là où nous allons plonger demain, la visibilité est en générale extrêmement mauvaise et qu’il faudra sans doute garder nos phares allumés pour ne pas se perdre. Bon ben y’a plus qu’à recharger ma lampe en plus de mes flashs ce soir alors…

Le lendemain, toutes mes batteries sont à 100% et il est temps de se jeter à l’eau ! En guise de mauvaise visi, on se retrouve avec une eau froide (14°C) mais limpide : hé hé voilà une bonne journée qui commence ! Je découvre alors mon terrain de jeu… Le site est sur 10 à 15m de fond. Il est parsemé de roches volcaniques noires recouvertes d’algues rouges et vertes. La lumière du soleil fait ressortir les couleurs chatoyantes de ce paysage. La température assez basse pour la latitude (on se trouve sur l’équateur) est due au courant froid de Humboldt en provenance de l’Antarctique qui remonte la côte Pacifique de l’Amérique du Sud jusqu’aux Galapagos. Ce courant charrie avec lui des nutriments qui participent au foisonnement de vie marine dans cette région du monde.

Nous cherchons sur le site un animal très particulier, emblématique de cet Archipel mythique. L’iguane marin (Amblyrynchus cristatus) passe la majeure partie de sa journée à prendre le soleil sur les rochers. Lui aussi recharge ses batteries en vue de sa sortie en mer. Il faut bien observer la petite colonie de ces reptiles endémiques éparpillée sur les berges de l’île pour repérer l’heure de leur mise à l’eau. Ils partent tous les matins pour 1 à 2 heures de baignade où ils enchainent des apnées de 20min pour aller brouter les algues dont ils sont friands. Il faut profiter de cette fenêtre de temps pour avoir la chance de pouvoir les observer dans leur élément marin. Si en surface ils restent très craintifs, ils se laissent approcher sous l’eau beaucoup plus facilement. Sandra Bessudo qui accompagne notre groupe a négocié avec les guides un petit rab de temps et c’est après plus d’1h de plongée que je ressors frigorifié mais heureux d’avoir pu vivre ce moment unique. Je suis en mode vibreur : ma combi 5mm n’est pas suffisante pour d’aussi basses températures mais je l’ai préféré à une 7mm beaucoup trop rigide à mon goût. De retour sur le zodiac, je n’ai qu’une envie : recharger mes batteries avec une douche brûlante !

Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Iguane marin des Galapagos
Une respiration avant de repartir en apnée brouter les algues sous-marines

L’appel du bleu

L’appel du bleu. C’est étrange, lorsqu’on plonge, cette volonté de voir au-delà de cette brume bleue qui nous entoure. Alors bien sûr il y a l’environnement proche avec sa vie foisonnante. Mais il y a aussi cette barrière invisible, ce bleu aux dégradés infinis qui nous hypnotise et nous attire. C’est plus fort que moi, je me perds souvent dans ce vide, j’espère voir quelque chose sans doute. Alors je guète inlassablement, souvent pour rien mais est-ce que c’est grave ? Heureusement non ! Car pendant que je guète, mon cœur palpite, tous mes sens sont en éveil… Je suis vivant au milieu du vivant, au milieu d’une nature sauvage et captivante. Et quelquefois, il se passe l’impensable. Là où le regard me porte, je commence à distinguer une légère ombre mouvante… Une forme indistincte qui se précise… Et puis le voilà ! Un banc de carangues qui fonce à toute allure sur le récif que je longe. Evidemment je suis d’abord surpris, et puis je dois vite me positionner un peu en catastrophe car le banc n’attend pas… Il file tel le vent, et il n’y aura pas de second passage. Je bascule sur le dos, me mets à palmer à contre-courant pour me stabiliser, souffle mon air pour aspirer une goulée qui me fera tenir le temps de la prise de vue. Ça y est ils sont là ils m’entourent ! Le banc explose tout autour de moi ! Le cadrage se fait au jugé et je déclenche. Est-ce que ma photo est bonne ? Je m’en fous ! Mon regard a depuis longtemps quitté le viseur pour se perdre dans le maelstrom qui fuse autour de moi. Ce n’est que bien après son passage que je jette un œil sur l’écran de contrôle… J’y découvre une chouette photo que je partage avec vous ici, immortalisant un souvenir à jamais gravé dans ma mémoire.

Banc de carangues surgissant du bleu
Banc de carangues surgissant du bleu

[VENDU] Vends caisson étanche pour Canon EOS 5DMkII

Je vends mon caisson pour Canon EOS 5DMkII. La raison est que je passe au 5DMkIII 😉

Il marche très bien est est complètement fonctionnel. Il est fabriqué par UK-Germany qui est une marque allemande très sérieuse.

Il possède :
– 2 poignées surmontées de boules système Inon
– 2 prises flash de type Nikonos III (pour flash Inon Z240 par exemple)
– une alarme sonore en cas de fuite
– rack avec platine pour insérer le boitier avec précision
– revêtement intérieur du caisson en velours pour éviter les rayures

Il permet l’accès aux commandes suivantes :
– les 2 molettes,
– le joystick,
– le réglage du focus manuel pour les objos à focale fixe
– le réglage du zoom
– tous les boutons du dos et du dessus de l’appareil

Je le vends 1000€ (prix d’achat 2500€) avec 2 joins d’étanchéité et un tube graisse silicone. Remise en main propre sur Paris.

Pour le rendre opérationnel, il faudra prévoir d’acheter directement chez le constructeur les éléments suivants (que je ne vends pas car je reste chez ce même constructeur qui me donne entière satisfaction depuis plusieurs années déjà) :
– dôme pour grand angle de type 16-35 : compter 800€
– hublot pour 100mm macro : compter 200€

Pour me contacter, veuillez remplir le formulaire suivant.